Synthèse de la visite des TAP par des parents délégués - Le 19 janvier 2016

Ce jour, à notre demande, nous étions 5 mamans à faire le tour des TAP dans l'école primaire et maternelle. Dès à présent, voici les premiers éléments que nous pouvons apporter :

- En primaire, 9 animateurs et 1 référente. 120 enfants présents régulièrement aux TAP. Les enfants sont répartis par "groupe totem" ; les enfants pratiquent une première activité avec un animateur de 13h30 à 15h et une autre activité avec un autre animateur de 15h30 à 1620.  Ce jour, 5 groupes d'enfants pratiquent une activité sportive à l'extérieur (parcours, football, course-relais, approche du base-ball et jeu collectif) et 4 groupes d'enfants une activité manuelle ou artistique à l'intérieur (chinois, initiation au théâtre, travail sur le récit, activité sur les empreintes).

- En maternelle, 7 animatrices et le directeur TAP. Environ 80 enfants présents. Les enfants restent avec la même animatrice toute la journée. Ce jour, les enfants ont faits des activités dans les locaux de l'école : coloriage, découpage, lecture de livres, chants, puzzles... Les petits sont mis à la sieste et occupent un seul dortoir.

Nous ferons un compte-rendu détaillé de cette visite...

Commentaires

Ca fait plaisir de savoir un peu ce que font les enfants pendant les TAP, merci !

En maternelle, nous avons été surprises du faible contenu des activités, même si on se doutait qu'ils ne faisaient pas des miracles...

La première priorité pour certains parents dont je fais partie, c'est que les enfants soient gardés pendant la journée de travail, sans gros désagréments pour eux: sécurité, salubrité, convivialité, ...
Une fois cela acquis, (si ça l'est) le contenu des TAP reste aussi incohérent que la loi et le projet expérimental marseillais: les classes de maternelle devraient-elles vraiment subir les TAP (sieste, enfants de 2 ans) ? à quel moment la journée des enfants est allégée si on leur ajoute des cours de chinois au lieu des matières habituelles de l'école ? Quel contrôle sur les activotés sans contrôle d'un inspecteur de l'académie ? Comment le législateur peut-il penser que la pression des citoyens des communes "pauvres" (Marseille) pourra faire rivaliser le contenu des TAP avec celui des communes "riches" (Aix, Allauch, ...) ou des écoles privées , et produire plus d'égalité ? La mini-subvention offerte pour un temps n'y suffit visiblement pas, et de loin, d'après les chiffres de la mairie.